Tour du monde : arrêter d'en rêver et le réaliser, pour de vrai !

Tour du monde : arrêter d'en rêver et le réaliser, pour de vrai !

Déambuler dans les rues de Phnom Penh, traverser les États-Unis en bus trip, se baigner dans les sources chaudes islandaises avant de lézarder sur les plages paradisiaques de Madagascar...

Qui ne voudrait pas partir à l’aventure, découvrir des cultures ?

Faire de nouvelles rencontres ?

Goûter des plats exotiques directement à la source ?

Seulement, il peut y avoir cette appréhension de quitter sa zone de confort.

Rassurez-vous, il est tout à fait normal d’avoir peur de l’inconnu.

Mais comme Victor Hugo l’a dit, « Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu ».

Par ailleurs, ce sentiment prouve simplement que vous prenez votre rêve de tour du monde au sérieux et que vous êtes conscient que cela ne se fait pas sur un coup de tête.

Pensez positif

Votre appréhension pour réaliser votre rêve peut venir de questions légitimes :

  • Combien cela coûte-t-il de faire le tour du monde ?
  • Qu’adviendra-t-il de mon avenir professionnel, une fois de retour ?
  • Comment rassurer mes proches ?
  • Et si je tombe malade ?

Penser sans cesse à ces choses devient à la longue un véritable blocage.

À la place de penser, il faut agir : chercher des réponses et des solutions à ces questions.

D’ailleurs, cette rubrique vous apportera quelques éléments de réponse.

Pour rester motivé à partir, gardez aussi à l’esprit les bonnes raisons de faire un tour du monde.

L’aventure, les rencontres, découvrir les différentes facettes de notre planète bleue, etc.

Le prix d’un tour du monde

On s’imagine souvent que pour faire un tour du monde, il faut consacrer un budget colossal.

Ou faire des choses peu banales comme Jeanne Berthou et Olivia Baudier qui tentent de gagner un tel voyage en relevant le défi de Barcelona Express.

Il faut savoir que partir en tour du monde coûte moins qu’une année de vie en France.

En effet, on compte en moyenne 15 000 € par personne. Bien entendu, cela dépend aussi de l’itinéraire.

Par exemple, passer par l’Australie revient plus cher que passer par la Thaïlande.

Aussi, il faut prendre en compte des dépenses imprévues.

Cela peut être les souvenirs, l’envie de se faire plaisir ou autre. Sans oublier les impôts à payer en France.

Dans tous les cas, avec internet il est possible de trouver un travail qui permettra de gagner un peu de sous.

Travailler contre hébergement ou faire de l’auto-stop sont également des alternatives intéressantes.

Sinon, avant votre départ vous pouvez vendre des objets que vous n’utilisez plus pour gonfler vos économies.

Comment s’organiser avec son travail ?

Si vous répondez aux conditions du congé sabbatique en France, vous bénéficierez de 6 à 11 mois maximum.

Après le congé, vous retrouverez votre emploi ou un poste équivalent.

Le salaire devra être égal à ce que vous gagniez avant votre départ.

Si vous ne remplissez pas les conditions pour demander un congé sabbatique, le choix vous appartient : attendre que cela soit le cas ou démissionner...

Sachez que faire un tour du monde qui dure un an peut être un plus sur le CV.

En effet, de plus en plus d’employeurs réalisent que ce type de projet personnel développe des qualités humaines.

Aussi, durant une telle expérience on apprend à s’adapter rapidement, à faire face aux imprévus et éventuellement à parler d’autres langues.

De plus, avec sept milliards de personnes dans le monde, combien peuvent dire qu’elles ont réalisé un rêve aussi grand ?

Rassurer les proches

Ce qui empêche souvent les personnes de faire un tour du monde en plus de l’appréhension, ce sont les proches. Cela peut être notamment les parents qui disent que l’on devrait avoir des projets « plus sérieux ».

Par exemple, s’acheter une maison ou une voiture, se trouver un travail, etc.

On ne peut pas leur en vouloir vu que c’est leur rôle.

Mais bon, s’il fallait écouter toutes les personnes qui sont réticentes à la réalisation d’un rêve, on serait certainement encore à l’âge de pierre.

Plus tôt que d’entrer en conflit avec ceux qui vous aiment, tentez de les rassurer.

Au lieu de dire que vous rêvez de faire le tour du monde, dites : « J’ai pour projet de faire le tour du monde ».

Ce mot fait tout de suite plus sérieux, n’est-ce pas ?

Pour rassurer vos proches, vous pouvez également leur parler de personnes qui ont fait le tour du monde et qui ont grandi de l’expérience.

Plus simple encore, montrez-leur des blogs de voyageurs qui ont fait le tour de la planète.

Leur parler en détail de votre projet est également un bon moyen de démontrer que vous savez ce que vous faites.

De plus, avec les moyens technologiques actuels, il est très facile d’entretenir une relation avec une personne à l’autre bout du monde.

Voyager accompagné, à la découverte du monde

Certes, les vaccins sont obligatoires lorsque l’on voyage, mais il reste possible de contracter une maladie qui n’a pas encore été éradiquée.

Pas besoin de préciser que tomber malade seul dans un pays étranger n’est pas une mince affaire.

C’est pourquoi nous conseillons d’être accompagné durant un projet de tour du monde.

En plus, partir avec une ou plusieurs personnes évite le sentiment de solitude et permet de partager des moments forts.

Si vous avez des enfants, la question ne pose pas.

Par contre, il faut bien choisir les personnes avec qui partir.

Vous serez quasiment collé avec ces personnes pendant une année et si vos personnalités ne s’accordent pas...

Le voyage de rêve risque de se transformer en galère.

Si la solitude ne vous dérange pas, évidemment rien ne vous empêche d’y aller seul.

Quelle que soit votre décision, n’oubliez pas de prendre un sac à dos résistant, de choisir des vêtements adaptés, d’étudier la météo des pays à visiter et votre appareil photo.

Sur ce, faites bon voyage !


2006 - 2019 © TMTDM