La baguette

Principe du jeu :

Deux équipes s'affrontent : les “passeurs” , qui cherchent a transporter de l'autre coté d'une frontière un petit objet, et les “douaniers” qui essaient de confisquer ce trésor ».

L'identité du passeur porteur du trésor est ignorée des douaniers. Les prises se font par simple touche. Chaque douanier n'a le droit de prendre qu'un seul passeur. Une fois un passeur touché, il doit immédiatement s’immobiliser et rester à coté du douanier.

Terrain :

Le terrain peut être plat ou présenter quelques obstacles (arbustes, buissons...) autorisant des courses rapides et des esquives sans danger : une prairie ou un sous-bois clairseme conviennent parfaitement... Une frontière, dune vingtaine ou d'une trentaine de mètres de long, selon le nombre de joueurs, sera clairement délimitée.

Durée :

La durée dune tentative de passage de la frontière est relativement courte (quelques minutes), mais la mise au point des stratégies d'équipes est beaucoup plus longue : distinction des rôles offensifs et défensifs, emplacements à occuper, élaboration dune tactique collective. (L’intérêt du jeu est aussi dans cette concertation)

Effectif :

II est capital que les effectifs des deux équipes soient rigoureusement égaux. De 14 à 40 enfants répartis de façon équilibrée : âges, ressources physiques…

Matériel :

Un petit objet symbolisant le “trésor”, un petit morceau de bois d’où le nom de ce jeu, la baguette, pouvant tenir dans la main fermée (sinon, un caillou ou une pièce de monnaie). Chaque fois que la reconnaissance des deux équipes est difficile à mémoriser, surtout dans la phase d'apprentissage du jeu, on peut prévoir des signes distinctifs.

Age :

La distribution des rôles permettant à tous les joueurs, quelles que soient leurs capacités physiques, de trouver leur place, il est conseillé de jouer avec des enfants âgés de 7-8 ans minimum.

Structure :

II s'agit d'un jeu de duel dissymétrique.

Actions dominantes :

Courses, poursuites, esquives, feintes et simulacres.

Début du jeu :

Les deux équipes formées tirent au sort pour l’'attribution de la baguette. Puis elles se rassemblent de part et d'autre du terrain pour s'organiser

  • Les douaniers derrière la frontière.
  • Les passeurs, de l'autre coté, doivent d'abord designer le porteur du trésor ... Puis ils décident de leur stratégie collective : attaque sur les ailes, au centre, de façon dispersée ou concentrée... Quand ils sont prêts, ils se rassemblent en rand, et lancent le signal collectif du début du jeu.

Déroulement du jeu :

Chaque douanier a le droit de prendre, par simple touche, un et un seul passeur. Lorsqu'un douanier touche un passeur, ils doivent tous les deux s'immobiliser sur place.

Un passeur qui a réussi à franchir la frontière est désormais intouchable. Les passeurs ne peuvent pas changer de porteur du trésor au cours de la même manche.

Chaque passeur, même s'il est pris, a intérêt à garder le poing fermé pour faire croire qu'il détient la baguette. Les simulacres, les feintes de fuite, les provocations et les sacrifices au profit d'un partenaire, sont bien entendu des ruses utilisables par les passeurs (rappelons que les douaniers ne savant pas qui transporte la baguette).

Fin du jeu :

II arrive un moment où tous les passeurs sont immobilises : ou ils ont traverse la frontière, ou ils ont été touchés. Un petit cérémonial est alors organisé, on demande aux passeurs de lever leurs bras, puis d'ouvrir leurs mains, de proche en proche, en commençant par les plus éloignes de la frontière. On découvre alors si le porteur du trésor a été pris ou s'il a réussi à traverser la frontière.

A la partie suivante, on décide, soit de permuter systématiquement les deux équipes, (et l'on comptera alors le nombre de victoires sur l'ensemble des manches), soit de n'effectuer cette permutation que si les douaniers ont capture le porteur du trésor.

Remarques pédagogiques :

Le mélange possible d'enfants d'âges différents est une ressource intéressante à exploiter d’un point de vue pédagogique (d'autant qu'elle est assez rare).

Le rituel de fin de jeu demandant aux passeurs de lever leurs bras et d'ouvrir leurs mains l’un après l'autre, est un moment de « suspense » important à conserver.

La concertation des joueurs qui désignent leur porteur de baguette et décident de leur stratégie collective, est une occasion de créer un dynamisme de groupe fertile en relations.

Téléchargez la règle du jeu : La baguette

2006 - 2022 © TMTDM